Quand la maladie frappe…..

Premier malaise, septembre 2012, admis à l’hôpital, on me diagnostique un diabète!, mais la perte de poids et les douleurs continuent,  en décembre 2012 le médecin me dirige vers l'échographie croyant à des pierres au foie et à la vésicule biliaire, mais un nouveau verdict confirme que ce ne sont pas des pierres. Alors dirigé vers un gastro oncologue, suite à la perte supplémentaire de poids, je dois prendre de la morphine pour calmer la douleur, je suis alors redirigé vers un autre spécialiste…..

 

Le temps passe et la perte de poids est aussi grande qu’en février 2013. Je ne pèse que 130 lbs et je dois être admis à l’hôpital pour réhydratation. Trois semaines passent et personne ne parvient à expliquer la perte de poids qui est pourtant maintenant stabilisée.  On me dirigea alors vers un autre hôpital. Une gastro coloscopie confirme la présence d’une tumeur de 7 cm par 8.5 cm au pancréas. La biopsie ainsi que les prises de sang n'indiquent pas la présence d’un cancer. Une très grosse chirurgie doit quand même être faite; ablation de la partie malade du pancréas affecté par la tumeur, une partie du foie et du petit et du gros intestin, une partie de l'estomac et de la vésicule biliaire. Étant donné la rareté de mon cas, on me demande d’être le sujet d’un cas d’étude pour essayer de comprendre ce qui m'arrive…

 

Suite à l’opération qui a eu lieu en avril 2013 et qui a duré 8 heures, on ne détecte aucun cancer dans la tumeur. Je quitte l’hôpital assis dans une chaise roulante. Cinq semaines plus tard, de retour pour un suivi, on m’annonce que l’analyse des parties d’organes prélevées confirme la présence d’un cancer stage 3 types 4 malgré tous les tests négatifs précédents. S’ensuivent les traitements de chimiothérapie. C'est à ce moment que je croise le chemin de personnes prise au dépourvu devant la maladie, dû à une perte d’emploi souvent sans assurances aucun moyen de transport et une famille à nourrir, j’ai senti le besoin de faire quelque chose.

 

La moto, une passion pour moi qui a été un instrument pour ma guérison. J’ai joint l’utile à l'agréable, avec l'appui  et l'aide de ma femme et de quelques fidèles amis, j'ai fondé le club de moto Life Riders RFL ainsi que la Fondation Rouler pour la Vie, en 2014.

 

Combattre sa maladie tout en  assurant la subsistance des êtres aimés devient impossible et crée un stress supplémentaire à la guérison.  La fondation est là et sera là pour leur venir en aide de façon simple et directe pour combler les besoins de base nécessaires à tout être humain et ce, dans la dignité.

 

Être malade, c’est une chose, étre malade sans ressource en est une autre. Rendons, l’épreuve plus facile en donnant généreusement!

 

 

Pasquale Del Boccio

Président fondateur de la Fondation Rouler pour la Vie